Bonjour à tous, je vous présente mes voeux de bonheur et santé pour 2024, ainsi que toute la réussite espérée dans vos projets.

Pour ma part l'an passé, à la même époque, je vous parlais des miens: quatre projets de sculpture qui me trottaient alors dans la tête. Vous avez pu voir l'avancement de deux d'entre eux, publiés sur ce blog au cours de 2023, qui sont complètement aboutis : il s'agit du bas-relief en aulne à l'effigie de "Rodin", notre grand sculpteur français, et de ma danseuse effilée "fluette" taillée dans un beau poteau de chêne de 10x10cm.

Les deux autres projets n'en sont pas là. Ma "sirène" est toujours dans les limbes, bien enfouie dans mes neurones!. Quant au "serpent" il avance ... mais à petits pas seulement (si on peut dire ça pour un serpent !). En effet, pour celui-ci j'ai rencontré cet automne une difficulté importante : j'avais réalisé en CAO le modèle de la bignone sur lequel ce serpent doit évoluer ... lorsqu'il sera taillé!. Ce modèle était très fidèle, reproduisait parfaitement le diamètre du tronc et de ses 4 branches, leur parcours tortueux. J'en avais absolument besoin pour dessiner (en CAO aussi) le serpent très finement et dimensionner ses sept tronçons en les rendant réalisables dans les plots de chêne dont je dispose. La taille du premier tronçon pouvait alors commencer....

Alors que ce premier tronçon était presqu'achevé ... je me suis aperçu que l'arbuste avait "bougé" entre temps, sans doute quand je l'ai rentré à l'intérieur de la maison car jusqu'alors, il était stocké dans mon atelier, non chauffé. C'est pour l'instant au niveau de ce tronçon n°1 que le problème se pose principalement, là où il est lové en cinq boucles dans la fourche principale de l'arbuste : la fourche en effet s'est resserrée, les deux branches qui l'encadrent s'étant rapprochées avec le séchage du bois ! Après vingt ans de sculpture, je me suis encore "fait avoir" comme un bleu : le bois vit encore longtemps après sa mort !!! Belle leçon philosophique ! Mais heureusement je suis pugnace ! Cependant je ne suis plus sûr du tout que les dessins des cinq autres tronçons ne sont pas eux aussi remis en cause par ce séchage ... avec les mêmes difficultés d'ajustage à venir, pour eux aussi...

En bref, j'ai passé tout l'automne pour réussir à loger le tronçon 1 dans la fourche, en rognant progressivement sur ces deux fameuses branches en V. Depuis j'ai aussi taillé le tronçon n°2 et j'en suis pour l'instant à leur assemblage par tourillon amovible, puisque comme toutes mes sculptures j'aime les déplacer d'exposition en exposition ...Voilà où j'en suis début 2024 ...

Jacques et ses élèves me plaisantent régulièrement sur mon attirance pour ... les difficultés ! Le serpent sera en effet, si j'arrive à le réaliser jusqu'au bout (... de sa queue !  = le tronçon n°7!) la sculpture la plus complexe que j'aurais jamais créée ...  Je m'interroge quelquefois sur cette attirance un peu bizarre pour l'incertitude artistique : ma réponse la plus simple est que le CHEMIN est aussi important que le BUT ... à méditer en regard du temps qui file à parcourir ce chemin !

Encore une fois tous mes voeux pour 2024,  bien amicalement ,  Jean-Claude