ADDICTION   <>   Août 2020

Hêtre, plexi, métal  --  400 x 300 x 150 mm

oOo

 

DSC02309

Le "fomo", vous connaissez ? : un acronyme anglais "Fear Of Missing Out" :: la peur de rater quelquechose. Certains consultent leur smartphone des centaines de fois par jour. Ils sont connectés en permanence à plusieurs groupes d'amis (?) sur plusieurs réseaux sociaux pour se communiquer jour et nuit des SMS, photos, vidéos ... généralement sans importance, mais qu'il ne faut manquer à aucun prix. Il faut soi-disant y répondre instantanément (!) de peur d'être considéré comme "boloss", ringard, hors-de-tout, déconnecté, "out"...

Cette addiction touche toutes les générations mais particulièrement les jeunes, qui en disposent malheureusement de plus en plus tôt .... pour s'échanger des niaiseries ... quand ce ne sont pas des moqueries et des insultes pour harceler leurs camarades, là encore à toute heure du jour et de la nuit.... Des études ont montré qu'ils ont perdu une heure de sommeil en une décennie! ... Notre société devient folle ... Un autre exemple? :  le Japon réfléchit à un projet de loi interdisant le smartphone en ville, vu le nombre croissant d'accidents provoqués par des piétons distraits, le nez sur leur écran ...

Voilà ce que je veux dénoncer par cette sculpture. L'homme devient esclave de son écran, sur lequel défilent à longueur de temps des milliers d'informations qui l'envahissent, l'obnubilent, le dérangent ... qu'il oublie rapidement ... mais auxquelles il tient et qu'il réclame en se constituant des "alertes" toujours plus nombreuses ...

Sculpter des mains entravées est pour moi le moyen d'exprimer cette déception qui me vient de notre société ...  Cependant, j'ai pris plaisir à la sculpter : il s'agit à nouveau de mes propres mains, comme dans d'autres sculptures  "Création", "Mains d'après Escher", "Cupidité" : plus le temps avance, plus elles me paraissent essentielles à ma vie!

La difficulté principale, outre un évidement très prononcé de la sculpture, a été cette fois la taille de l'intérieur des doigts et des paumes, de bas en haut pour respecter le fil du bois, et ceci dans un espace réduit par la présence du socle : pour y remédier,  j'ai fait pour la première fois un usage massif de mini-gouges, à manche très court en forme de boule. Leur usage demande un certain apprentissage et devient vite agréable pour aller chercher les derniers copeaux de finition.

Pour représenter le smartphone, j'ai d'abord pensé à une planchette d'ébène ... et puis j'ai finalement opté pour une plaque de plexiglass, dont la transparence renforce le caractère futile et éphémère des informations qui y défilent. J'en ai profité pour étudier, en CAO, des spirales elliptiques représentant la fascination hypnotique de l'écran .... que j'ai gravées à la surface... à vous de juger du résultat!

état de finition : racloir (ou couteau de sculpteur dans les zones difficiles d'accès)  puis cire

autres photos :

DSC02291 DSC02361

 

DSC02316 DSC02320 DSC02295

 

  

posté le 08/09/2020